Un témoin de l’entre-deux guerres féru de progrès technique

Victor manifeste sa curiosité pour les territoires de l’empire français (Tonkin, Algérie, Madagascar…) tout en en mesurant lucidement les splendeurs et les misères. Il y trouve un espace à la mesure de sa soif d’aventures. Ses missions offrent aussi quantité d’informations sur les réalités sociales, culturelles et politiques des pays qu’il visite. Il pressent les bouleversements de son siècle, la montée du totalitarisme, l’éclatement des empires et des nations. Le hasard de ses aventures lui fera rencontrer les grands acteurs ou témoins de son temps : Gandhi, Lindbergh, Pablo Neruda, Staline, Mussolini ou Mao-Tse-Toung…

Comme beaucoup de ses contemporains, il manifeste sa foi dans le progrès scientifique et technique, en tant que condition de l’harmonie sociale. Sa grande passion va à l’aviation. et dès 1922, il reçoit un très acrobatique baptême de l’air.

 
 

Mode de vie

Bel homme, d’allure sportive, plutôt grand, aux cheveux blonds roux ondulés, à la fine moustache et aux yeux clairs, il est coquet et élégant, Victor aime porter des vêtements légers qui le laissent libre de ses mouvements. A la belle saison, il se coiffe volontiers d’un canotier.

Il ne fume pas mais aime le bon vin. Il préfère les bistrots et les restaurants de quartier aux tables de prestige. A l’étranger, il aime découvrir les spécialités culinaires locales. Il s’intéresse aux sports en général, au Tour de France, aux Jeux Olympiques, et est assidu aux combats de boxe du Cirque de Paris ou aux Six Jours du Vel’ d’Hiv. Il aime les interminables parties de billard entre amis, dans les arrière-salles des cafés du quartier Saint-Lazare.

Amateur de cinéma autant que de théâtre de boulevard, il suit de près l’extraordinaire bouillonnement culturel et artistique qui agite les Années Folles. La peinture d’avant-garde, le jazz, les écrits surréalistes le passionnent. Il lit beaucoup de romans, ayant une prédilection pour Tolstoï, Balzac, Proust ou Twain, et dévore la presse quotidienne.

 
 

Victor et les femmes

Le début de la vie amoureuse de Victor est marquée par la jolie et piquante Marinette, vendeuse aux Grands Magasins du Louvre, suffragette et féministe militante.

Mais ses missions vont lui fournir maintes occasions de satisfaire son penchant pour les jolies femmes. A l’inverse, même s’il reste modeste à ce sujet, on devine que son charme personnel opère facilement.

 

 
 

  |  Accueil  |  Les cahiers bleus  |  Victor Lempereur  |  Le C.R.E.P.E.  |  Aventures et Enquêtes  |  Victor et les Années Folles  |  L'auteur  |  Rencontre - On en parle  |  Contact  |  Partenaires & Liens : 1, 2  |  


  Création de sites internet